Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada
Symbol of the Government of Canada

Liens de la barre de menu commune

Transformer les polluants en produits


Weixing Tan

Le simple observateur verra un jeu mobile de tubes de verre remplis d’une culture de microalgues qui bouillonne. Mais selon le chercheur du Grande Prairie Regional College (GPRC), This link will take you to another Web site Weixing Tan (en anglais seulement), ce photobioréacteur breveté peut de fait transformer les polluants créés par les humains en produits qui peuvent présenter un important potentiel commercial. À titre de chercheur principal de l’équipe de la technologie des microalgues pour la transformation des polluants en produits (P-P), M. Tan a passé les 11 dernières années à chercher des moyens de maximiser l’utilité des microalgues. Lorsqu’il a commencé à étudier cet organisme unicellulaire, il a particulièrement été impressionné par sa capacité à capter le carbone et à réduire les émissions.

Les microalgues se trouvent habituellement en eau douce et fonctionnent comme les autres plantes. D’une taille d’à peine cinq à dix micromètres, elles jouent le rôle d’agent naturel de décontamination qui supprime les toxines présentes dans l’eau douce et absorbent le dioxyde de carbone et d’autres gaz à effet de serre présents dans l’air. Leur capacité à capter le carbone est 100 fois supérieure à celle des plantes agricoles et leur croissance, 100 fois plus rapide dans un espace beaucoup plus petit. En outre, cette matière végétale polyvalente sert à la production de biocarburants, de médicaments, de suppléments vitaminiques, de produits cosmétiques et d’aliments pour le bétail et les humains. « Malgré cela, j’ai découvert que personne n’avait réussi à cultiver des microalgues à grande échelle », déclare M. Tan.

En 2016, l’équipe de M. Tan a reçu deux brevets canadiens pour sa technologie du bioréacteur qui augmente l’efficacité et la durabilité de la culture des microalgues. Un système pleinement automatisé commandé par ordinateur réduit la lumière du soleil sans la bloquer, en n’en laissant passer que 5 à 10 % – exactement ce dont les microalgues ont besoin pour optimiser la photosynthèse et former des protéines selon M. Tan.

Les progrès des technologies propres de la transformation P-P (y compris les microalgues) a été financée par une subvention de renforcement de l’innovation de cinq du CRSNG, ainsi que par les contributions d’une valeur de plus de quatre millions de dollars fournies par le GPRC et d’autres partenaires de l’industrie et du milieu postsecondaire, notamment Cenovus, EnEco et la Peace Region Economic Development Alliance (PREDA).

Ce projet compte parmi les quelques grands projets prometteurs actuellement réalisés par l’équipe de M. Tan, qui se penche aussi sur l’un des défis environnementaux les plus difficiles auxquels fait face l’industrie des sables bitumineux : trouver des moyens plus efficaces et moins couteux de supprimer les contaminants dans l’eau utilisée pour le traitement du bitume.

M. Tan et ses collègues sont en train de mettre à l’essai une technologie plus simple et plus économique, qui consomme moins d’énergie que les technologies actuelles, pour retirer 50 % de l’eau des sédiments résiduels. « Nous pourrons ensuite cultiver des microalgues dans cette eau pour en retirer tous les contaminants restants. Et lorsque l’eau sera propre, les entreprises pétrolières pourront la réutiliser pour leurs opérations minières », ajoute M. Tan qui a récemment déposé une demande de brevet pour cette technologie. Les possibilités qu’offre la technologie des microalgues pour la transformation P-P sont pratiquement illimitées. « Il y a des milliards d’années, les microalgues ont enrichi l’atmosphère d’oxygène et favorisé l’évolution des premiers organismes vivants et le maintien de la vie sur notre planète, conclut M. Tan. Je crois qu’elles vont de nouveau contribuer au maintien de la vie sur Terre. »

Pour en savoir plus sur la This link will take you to another Web site transformation des polluants en produits (en anglais seulement).

Cet article a été adapté et traduit avec la permission du This link will take you to another Web site Grande Prairie Regional College (en anglais seulement).