Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada
Symbol of the Government of Canada

Liens de la barre de menu commune

Rowan D.H. Barrett
Biologie évolutive
Harvard University


Rowan D.H. Barrett
Rowan D.H. Barrett

Les scientifiques pourraient être en mesure de mieux prédire le risque d’extinction de diverses espèces grâce aux travaux de recherche sur le fondement génétique de l’adaptation.

Rowan Barrett, lauréat du Prix postdoctoral Howard-Alper de 2010 du Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG), combine ses études sur le terrain et les principes de la génomique pour découvrir les gènes qui donnent à certains membres d’une espèce l’avantage de mieux s’adapter au changement climatique et à d’autres facteurs de leur milieu.

Les individus qui composent la population d’une espèce n’ont pas tous le même programme génétique ou génotype. Lorsque les conditions écologiques changent, certains génotypes réussissent mieux que d’autres à s’adapter au nouveau milieu et sont favorisés par la sélection naturelle. Les individus qui ont ces génotypes ont un avantage génétique et sont plus susceptibles de survivre et de se reproduire. Sur plusieurs générations, cela change la composition génétique de la population.

Dans le cadre de ses travaux, M. Barrett suit cette évolution en déplaçant les populations dans de nouveaux milieux qui nécessitent une adaptation, puis observe les changements survenus dans la fréquence des différents génotypes. Il peut alors mesurer la sélection naturelle qui se produit à l’échelle génétique.

Ainsi, il y a des milliers d’années, l’épinoche a quitté les océans pour vivre en eau douce, dans les lacs, les ruisseaux et les rivières. Dans le cadre de ses recherches doctorales, M. Barrett a recréé ce processus dans un milieu contrôlé et découvert comment le poisson s’est adapté à la température, à la salinité et aux prédateurs de ce nouveau milieu. Sur la lancée de ces travaux, il étudiera l’effet de la sélection naturelle chez la souris sylvestre. Il la placera dans un habitat où la couleur du sol sera différente de celle de son pelage, ce qui réduira sa capacité de se protéger contre les prédateurs grâce au camouflage. Il élabore de nouvelles techniques génomiques pour étudier l’effet des interactions entre les gènes d’adaptation sur l’amélioration du camouflage au fil de l’évolution.

De nombreuses questions essentielles liées au fondement génétique de l’adaptation restent sans réponse. Les travaux de M. Barrett éprouveront les prédictions de la théorie de l’évolution actuelle et fourniront de précieuses connaissances sur la façon dont les organismes s’adaptent à leur milieu, ce qui constituera une précieuse contribution au maintien de la biodiversité.

Les gens. La découverte. L'innovation.