Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada
Symbol of the Government of Canada

Liens de la barre de menu commune

Ressources naturelles Canada

Ressources naturelles Canada (RNCan) est un ministère du gouvernement fédéral qui œuvre principalement dans les domaines du développement durable et de l’utilisation des ressources naturelles, de l’énergie, des minéraux et des métaux, des forêts et des sciences de la Terre. À RNCan, nous étudions les enjeux que les Canadiens jugent importants en matière de ressources naturelles. Nous abordons ces questions d’une perspective nationale et internationale, en prenant appui sur notre expertise scientifique et technologique et sur notre expérience de l’élaboration de politiques et de programmes. La façon dont nous gérons notre territoire et nos ressources influe sur la qualité de vie des Canadiens d’aujourd’hui et de demain.

À RNCan, nous servons les Canadiens essentiellement de quatre façons :

  • Nous effectuons des travaux de pointe dans les domaines des sciences et de la technologie en vue de diffuser aux Canadiens les concepts, les connaissances et les technologies dont ils ont besoin pour utiliser les ressources de leur pays judicieusement, réduire les coûts, protéger l’environnement et mettre au point de nouveaux produits et services.
  • Nous établissons et tenons, à l’échelle nationale, une infrastructure de connaissances sur le territoire et les ressources du Canada, de manière que tous les Canadiens puissent accéder facilement aux données économiques, environnementales et scientifiques les plus récentes.
  • Nous veillons à ce que les politiques et la réglementation fédérales concernant, par exemple, l’environnement, le commerce, l’économie, les sciences, la technologie, ainsi que le territoire canadien, augmentent la contribution du secteur des ressources naturelles à l’économie canadienne, tout en préservant l’environnement et en assurant la santé et la sécurité des Canadiens.
  • Nous faisons valoir les intérêts internationaux du Canada, en collaboration avec des organismes internationaux et d’autres pays, afin que le Canada puisse respecter ses engagements internationaux sur le plan des ressources naturelles et que ses produits, sa technologie et ses services puissent bénéficier d’un accès continu aux marchés mondiaux.

Site Web : This link will take you to another Web site Service canadien des forêts

Secteur des minéraux et métaux

CanmetMINES – Complexe de Bells Corners

Domaines de recherche

Contrôle de terrain, systèmes de soutènement souterrains, détermination des propriétés de la roche, santé et sécurité dans les mines souterraines,  contrôle et analyse géodynamiques, développement d’instrumentation géomécanique, certification de moteurs et de l’équipement au diesel et utilisés dans les mines (normes de l’Association canadienne de normalisation et l’Administration de la santé et sécurité dans les mines), recherche sur la mesure et la réduction des émissions des moteurs diesel et recherche sur les systèmes de contrôle.

Personne-ressource
Roger Lacroix
Gestionnaire, Contrôle de terrain
CanmetMINES, Ressources naturelles Canada
1, promenade Haanel - Bâtiment 10, 1er étage, pièce 101
Ottawa, ON
Canada  K1A 1M1

Téléphone: 613-996-4302
Télécopieur : 613-995-3456
Courriel: roger.lacroix@canada.ca

CanmetMINES – Ottawa

Domaines de recherche

Traitement des minerais, minéralogie appliquée, hydro et pyrométallurgie, chimie analytique, biotechnologie, drainage acide des mines, traitement des effluents, recyclage des résidus, élimination des déchets, efficacité énergétique, technologies de comminution plus efficientes, toxicologie aquatique, génie des procédés, contrôle de terrain, ventilation des mines, recherche sur les moteurs diesel et développement et automatisation des mines

Personne-ressource
Magdi Habib
Directeur général
CanmetMINES, Ressources naturelles Canada
555, rue Booth, 2e étage, pièce 236
Ottawa, ON
Canada  K1A 0G1

Téléphone: 613-995-4776
Télécopieur : 613-992-8928
Courriel: magdi.habib@canada.ca

Janice Zinck
Directrice, Innovation minière verte - Traitement
CanmetMINES, Ressources naturelles Canada 555, rue Booth, 2e étage, pièce 282A
Ottawa, ON
Canada K1A 0G1

Téléphone: 613-995-4221
Télécopieur : 613-996-9041
Courriel: janice.zinck@canada.ca

Patrick Chevalier
Directeur, Innovation minière verte - Environnement,
CanmetMINES, Ressources naturelles Canada
555, rue Booth, 2e étage, pièce 231
Ottawa, ON
Canada  K1A 0G1

Téléphone: 613-992-4105
Télécopieur : 613-992-8928
Courriel: patrick.chevalier@canada.ca

CanmetMINES – Sudbury

Domaines de recherche

Systèmes de soutènement (technologies de contrôle de la qualité des remblais et des membranes), laboratoire d’essais en mécanique des roches et des sols, étude de la ventilation des mines (modèles informatisés), automatisation et optimisation, échantillonnage, mesure et analyse des matières particulaires.

Personne-ressource
Kristie Tarr
Directrice, Innovation minière verte - Extraction
CanmetMINES, Ressources naturelles Canada
1079, chemin Kelly Lake, 1er étage, pièce 105
Sudbury, ON
Canada P3E 5P5

Téléphone: 705-670-6553
Télécopieur : 705-670-6556
Courriel: kristie.tarr@canada.ca

CanmetMINES – Val-d’Or

Domaines de recherche

Systèmes et équipement miniers, méthodes de minage, conception mécanique, systèmes électroniques, communication et instrumentation, forage et fragmentation de la roche, technologies de hissage et d’extraction novatrices.

Personne-ressource
Martin Côté
Gestionnaire, Technologies d'extraction minière
CanmetMINES, Ressources naturelles Canada
1, chemin Peter Ferderber, C.P. 1300, 1er étage, pièce 0109
Val-d'Or, QC
Canada  J9P 4P8

Téléphone: 819-736-4331
Télécopieur : 819-736-7251
Courriel: martin.cote@canada.ca

CanmetMINES – Limebank

Domaines de recherche
Gestion des déchets radioactifs, en particulier méthodes et techniques novatrices pour caractériser, traiter et stabiliser les déchets radioactifs solides et liquides, ainsi que pour récupérer les éléments clés.

Personne-ressource

Dr. Nabil Bouzoubaâ

Gestionnaire, Risques environnementaux
CanmetMINES, Ressources naturelles Canada
555, rue Booth, 3e étage, pièce 335A
Ottawa, ON
Canada  K1A 0G1

Téléphone: 613-947-4274
Télécopieur : 613-947-1200
Courriel: nabil.bouzoubaa@canada.ca

Canmet MATÉRIAUX – Hamilton et Calgary

CanmetMATÉRIAUX est le principal laboratoire fédéral de recherche et développement au Canada pour la recherche sur les matériaux, notamment ceux utilisés dans les applications de l’automobile, l’énergie propre dont la production d’énergie, les infrastructures de taille comme les pipelines, les applications en défense et les matériaux écologiques. Le laboratoire CanmetMATÉRIAUX est bien connu pour ses installations pilotes dans le domaine de la métallurgie, qui lui permettent de réaliser des percées innovatrices en ce qui concerne l’acier, l’aluminium, le magnésium et d’autres métaux, alliages et matériaux composites depuis 70 ans.

CanmetMATÉRIAUX héberge le Centre d’examens pour l’Organisme de certification en essais non destructifs (END) du gouvernement du Canada, un service clé en existence depuis plus de 50 ans.

CanmetMATÉRIAUX héberge également le programme d’accès aux utilisateurs universitaires Ressource pour l’innovation en matériaux fabriqués (RIMAF), un des deux seuls programmes financés par le CRSNG parmi les laboratoires fédéraux. Il permet aux chercheurs universitaires de travailler avec les chercheurs en laboratoire pour accéder à des installations pilotes uniques pour la production et l’étude d’une variété de matériaux.

Expertise

Matériaux de pointe pour le transport

  • Élaborer des matériaux, des procédés et des techniques de fabrication de pointe nécessaires pour réduire considérablement le poids des véhicules de la prochaine génération.
  • Les secteurs précis de recherche comprennent les assemblages structuraux automobiles, les composants de carrosserie et de châssis, les matériaux de fabrication de groupe motopropulseur et les systèmes de transport de surface.

Matériaux pour l’intégrité des pipelines

  • Dans ses installations de Hamilton et de Calgary, CanmetMATÉRIAUX évalue les propriétés de résistance mécanique et de résistance à la rupture et à la corrosion des aciers de pointe et d’autres matériaux destinés à la fabrication des pipelines, y compris la technologie de soudage au chantier, dans la mesure où ces propriétés conservent l’intégrité et la performance fiable à long terme des pipelines.
  • Les secteurs précis de recherche comprennent les pipelines énergétiques dans les régions pionnières, la fiabilité des pipelines nouveaux et existants, les pipelines pour l’hydrogène, le dioxyde de carbone et les biocarburants, ainsi que le contrôle de la sécurité et de l’intégrité des pipelines.

Matériaux pour la production d’énergie

  • Élaborer des solutions novatrices aux défis que pose l’utilisation de matériaux adéquats dans les réacteurs nucléaires de prochaine génération.
  • Renforcer la position de pointe de la technologie nucléaire canadienne sur laquelle sont basés les réacteurs actuels.

Matériaux de pointe

  • Résoudre les problèmes relatifs aux matériaux utilisés dans les domaines militaire et aérospatial.
  • Élaborer des matériaux hybrides présentant des caractéristiques de rendement structurel et fonctionnel intéressantes.
  • Optimiser les procédés de recyclage existants et créer de nouvelles technologies de recyclage afin de réduire la quantité de matériaux mis au rebut.
  • Développer des matériaux et des procédés nanotechnologiques permettant la photocatalyse de dioxyde de titane, ce qui rend possible la décomposition des polluants atmosphériques et des principaux contaminants atmosphériques et la capture des émissions de dioxyde de carbone.
  • Développer des matériaux thermoélectriques plus efficaces pour la récupération de la chaleur résiduelle.
  • Développer des matériaux à haut coefficient de résistance à la corrosion pour les échangeurs de chaleur-évaporateurs.

En collaboration avec l’industrie, CanmetMATÉRIAUX met au point et diffuse des technologies qui permettent d’améliorer tous les aspects de la fabrication et de l’utilisation de produits minéraux et métalliques à valeur ajoutée. Plus précisément, le laboratoire se concentre sur la recherche liée à la transformation de métaux (le coulage, le formage, l’assemblage, les matériaux de pointe et la mise au point de prototypes) et dispose des compétences approfondies en évaluation des matériaux (la caractérisation des microstructures, la corrosion et les essais physiques et mécaniques) pour :

  • obtenir un rendement plus élevé à partir d’alliages métalliques et de matériaux à base de métaux ou de minéraux ayant de nombreuses utilisations finales;
  • élaborer des matériaux de pointe pour les véhicules de prochaine génération;
  • améliorer la fiabilité de l’infrastructure énergétique du Canada, dont les oléoducs, les gazoducs et les systèmes de production électrique nucléaire;
  • mettre au point des matériaux spécialisés pour les systèmes industriels actuels et futurs afin d’aider les entreprises canadiennes à utiliser l’énergie efficacement et à réduire les émissions atmosphériques et les déchets;
  • fournir des données techniques fiables pour l’établissement de normes et de codes
  • promouvoir l’innovation et renforcer la compétitivité des industries canadiennes de produits à valeur ajoutée et de produits connexes;
  • aider les entreprises canadiennes à utiliser des techniques de production plus efficaces afin de réaliser des économies d’énergie et de coûts.

Installations

  • Laboratoire de fonderie des métaux
    • Fonte des matériaux non ferreux (Al, Mg, Cu et Zn) et ferreux (fontes, aciers).
    • Fusion à induction sous vide ou à l’air (de 10 à 200 kg).
    • Moulage en coquille et au sable.
    • Processus de fusion (d'égazage, charges d’alliage, vérification de composition).
    • Surveillance du procédé de solidification (courbe d’analyse thermique simple au refroidissement, calorimétrie à balayage différentiel, dilatomètre).
    • Coulée entre deux cylindres pour la production de bande de magnésium.
    • Coulée sous haute pression de 1200 tonnes.

  • Laminage à chaud avec capacité de laminage à froid
    • Laminoir réversible à support unique de 600 ch, d’une capacité de trame de 500 tonnes, d’un espacement maximal de 275 mm entre les cylindres, d’une largeur de bande maximale de 350 mm, pour le traitement des plaques laminées à chaud.
    • Système de refroidissement accéléré en ligne avec capacité d’un taux de refroidissement de 240 °C/s/mm.
    • Laminage à froid sous tension variable jusqu’à 50 kN pour une vitesse de laminage à froid lente de matériaux plus minces jusqu’à une épaisseur de 0,3 mm.

  • Laboratoire de formage des métaux
    • Réponse de formage des métaux légers avec caractéristique de contrainte de pointe.
    • Façonnage hydro/gaz de métaux légers.
    • Extrusion, forgeage, forgeage liquide d’alliages ferreux et non ferreux.

  • Laboratoire de corrosion H2S haute température/haute pression.

  • Simulation thermomécanique
    • Gleeble 3800 avec Hydrawedge®.
    • Dilatomètre de déformation, de trempe, pour essais TTT, CCT et DCCT.
    • Plastomètre de torsion à chaud pour la simulation de programmation de laminage à chaud.
    • Calorimètre TGA, DSC haute température.

  • Essai de corrosion de matières nucléaires non irradiées dans des conditions haute température et haute pression.

  • Essai à grande échelle de fissuration par la corrosion sous contrainte (CSC) de tuyaux et étude de la fatigue et de la CSC dans les oléoducs et gazoducs.

  • Essai mécanique
    • Bâtis de traction, fatigue et fluage avec une variété de charges (jusqu’à 1000 kN), de température (jusqu’à 1600 °C) et d’atmosphère (air, vide et gaz).
    • Tour d’impesanteur instrumentée haute énergie (jusqu’à 15 kJ) et marteau pendulaire (jusqu’à 750 J).
    • Accessoires de test uniques, p. ex., cartographie de contrainte en 3 dimensions et en temps réel, surveillance de la longueur de la fissure.

  • Laboratoire de soudage
    • Divers procédés de soudage à l’arc pour liaison des métaux ferreux et non ferreux.
    • Cellule de soudage robotisée à six axes équipée de procédés de soudage à l’arc pulsé métal-gaz et gaz-tungstène.

  • Microscopes électroniques
    • Microscope électronique à balayage à émission par effet de champ avec spectrométrie par rayons X à dispersion en énergie (SDE), spectrométrie par rayons X à dispersion en longueur d’onde (WDS) et diffraction d’électrons rétrodiffusés (EBSD).
    • Microscope à émission par effet de champ par faisceaux ioniques focalisés avec SDE, EBSD, démoulage sur place, injecteurs de gaz, neutralisation de la charge et détecteur à microscopie électronique à balayage par transmission (STEM).
    • Microscope électronique à transmission à émission par effet de champ à transmission d’électrons, de 200 kV avec SDE et spectroscopie de perte d’énergie d’électrons (EELS).

  • Service intégré d’ingénierie informatique des matériaux en utilisant des méthodes telles que la dynamique moléculaire, la modélisation micro structurelle de moyenne échelle, des simulations de champ de phase et l’analyse multi physique par éléments finis en insistant sur les relations structure-procédé-propriété et le développement de la loi constitutive.

Personnes-ressources

Philippe Dauphin
Directeur général
Tél. : 905-645-0698
Téléc. : 905-645-0831
Courriel : philippe.dauphin@rncan.gc.ca

CanmetMATÉRIAUX
183, chemin Longwood sud
Hamilton (Ontario)  L8P 0A5

Dr Muhammad Arafin
Gestionnaire de programme, Programme de recherche sur les pipelines
Tél. : 403-292-7142
Téléc. : 403-292-7049
Courriel : muhammad.arafin@rncan.gc.ca

CanmetMATÉRIAUX – Calgary
3303, rue 33 N.-O.
Calgary (Alberta)  T2L 2A7

Laboratoire canadien de recherche sur les explosifs de CANMET – Ottawa

Le Laboratoire canadien de recherche sur les explosifs (LCRE) de CANMET de la Direction des explosifs, qui fait partie de Ressources naturelles Canada, est le seul laboratoire du gouvernement canadien à s’occuper d’explosifs à usage civil et d’équipements destinés à être utilisés dans des endroits dangereux. Il est en outre l’un des seuls laboratoires du genre au monde. Les explosifs peuvent être extrêmement dangereux s’ils sont utilisés inconsidérément ou incorrectement. La plupart des travaux réalisés au LCRE ont pour objectif de protéger les Canadiens en améliorant la sécurité des explosifs lors de leur fabrication, de leur transport et de leur utilisation, et en atténuant les effets néfastes causés par les explosions.

Domaines de recherche

Propriétés et effets des matériaux énergétiques (propulsifs, explosifs et pyrotechniques), incluant les propriétés thermiques, les risques, le rendement, les effets des explosifs et leur atténuation, le marquage, l’identification et la détection.

Personne-ressource
Samuel Maach
Directeur
Tél. : 613-947-7534
Téléc. : 613-995-1230
Courriel : samuel.maach@nrcan.gc.ca

Laboratoire canadien de recherche sur les explosifs
1 promenade Haanel, Complexe de Bells Corners, 1er étage, pièce 111  étage
Ottawa (Ontario)  K1A 1M1
Site Web : This link will take you to another Web site Secteur des minéraux et métaux

Secteur de l’énergie

Secteur de la technologie et des programmes énergétiques

Centre de la technologie de l’énergie de CANMET – Devon

Le Centre de la technologie de l’énergie de CANMET – Devon se compose de deux domaines de programmes : la production de bitume et les techniques de valorisation : ce dernier est une entreprise conjointe du gouvernement du Canada et du gouvernement de l’Alberta.

Les installations du CTEC-Devon comprennent de vastes laboratoires et de vastes installations pilotes permettant de procéder à l’évaluation, à l’essai et à l’exploitation de sables bitumineux et de bitumes, à l’extraction du pétrole lourd, et au traitement et à la valorisation de la mousse et des résidus. Les laboratoires d’analyse munis de l’appareillage le plus récent permettent d’appuyer les travaux réalisés à l’échelle du laboratoire et à l’échelle pilote. Bien souvent, les travaux sont réalisés sur le terrain aux sites mêmes de l’industrie. Le personnel est composé d’équipes multidisciplinaires comprenant des scientifiques et des ingénieurs qui cherchent à résoudre les problèmes auxquels est confrontée l’industrie. Les projets, dont bon nombre comportent la participation de partenaires clients, sont axés sur les travaux réalisés en équipe.

Techniques de valorisation

Le programme effectue des recherches sur les techniques de valorisation primaire et secondaire, sur le développement d’une série de techniques de pointe ou sur l’amélioration marquée entraînant une efficacité énergétique et un rendement environnemental accrus; sur la réduction des émissions des installations de traitement du bitume et du pétrole lourd; sur l’évaluation des catalyseurs d’hydrocraquage et d’hydrotraitement destinés à être utilisés par les entreprises de valorisation, de raffinage et de fabrication de catalyseurs; et sur les principes des mécanismes de cokéfaction et d’encrassement des unités de valorisation et de raffinage.

Résultat d’une alliance conclue entre le gouvernement fédéral et le gouvernement de l’Alberta, celui-ci se situe au centre d’un réseau constitué d’installations de recherche, d’universités et d’entreprises. Ses consortiums permanents de recherche comprennent le Réseau de développement des catalyseurs de valorisation (récemment mis sur pied avec l’aide de plusieurs entreprises et universités en vue de mettre au point de nouveaux catalyseurs grâce auxquels des carburants moins polluants pourront être fabriqués et le potentiel de commercialisation des bitumes pourra être amélioré pour les raffineries) et les programmes de recherche portant sur la stabilité et la compatibilité des pétroles, faisant intervenir la participation du Réseau canadien pour la recherche et développement sur les sables pétrolifères (CONRAD) et du Département de l’Énergie des États-Unis. Parmi les autres exemples de leadership en matière de S et T, on compte les recherches qu’il mène dans le domaine des émissions des moteurs et de la chimie des carburants (également en coopération avec le Département de l’Énergie des États-Unis). Cette question a été abordée lors d’une conférence organisée conjointement à Edmonton en juin 2005. De même, des recherches menées en étroite collaboration avec le Département de l’Énergie des États-Unis a donné lieu à la participation à des discussions entre les deux gouvernements fédéraux sur le Partenariat pour la sécurité et la prospérité. De plus, nous organisons, à tous les trois ans, une conférence sur la valorisation et le raffinage du pétrole lourd, du bitume et du pétrole brut synthétique, au cours de laquelle sont diffusés les résultats des travaux de recherche les plus récents.

Grâce à l’intérêt que porte le programme aux questions touchant la stabilité et la compatibilité des carburants, par l’intermédiaire de la CCQTA (la Canadian Crude Quality Technical Association), ainsi qu’aux méthodes qui permettraient d’améliorer les procédés de valorisation et de raffinage, le CTEC-Devon est maintenant perçu à l’échelle internationale comme l’organisation qu’il y a lieu de consulter dans tous ces domaines (la Chine, le Japon, les É.-U. et de nombreux autres clients européens, sud-américains et asiatiques ont participé à des projets).

Les travaux de recherche menés par le programme sont réalisés dans le cadre de deux programmes :

  1. Valorisation primaire et valorisation sur le terrain
    • Procédés de valorisation primaire radicalement nouveaux qui consomment moins d’énergie et donnent des produits de meilleure qualité à moindres coûts;
    • Améliorations aux procédés de valorisation commerciaux actuels;
    • Connaissances plus approfondies de la chimie et des propriétés des fractions lourdes (brai) et des caractéristiques de la chimie de leurs réactions;
    • Capacités virtuelles de valorisation primaire exploitant les techniques les plus récentes et permettant d’intégrer de nouveaux procédés dans la chaîne de valeur de la valorisation.

  2. Valorisation secondaire et raffinage
    Cette recherche cherche à éliminer les obstacles à l’accès aux marchés qui limitent actuellement la croissance de l’industrie canadienne des sables bitumineux, en mettant au point des techniques de valorisation secondaire qui permettront d’améliorer la qualité du pétrole brut synthétique et d’en faciliter le traitement dans les installations de raffinage existantes aux États-Unis ou de modifier ces installations pour qu’elles puissent produire une plus grande quantité de brut synthétique de même qualité que celui produit actuellement. Les travaux de recherche sur la valorisation secondaire et le raffinage comportent quatre volets principaux :
    1. Mettre au point de nouvelles techniques de valorisation secondaire et de raffinage; chercher de nouveaux marchés pour les produits, autres que les carburants, qui sont tirés du bitume; élaborer de nouveaux catalyseurs et de nouveaux procédés catalytiques;
    2. Construire une raffinerie virtuelle pour le brut tiré du bitume, en élaborant des modèles de procédés et un modèle de la qualité des produits généraux permettant de simuler les principaux procédés utilisés lors de la valorisation secondaire et du raffinage de distillats tirés du bitume. La modélisation mathématique des procédés existants revêt une importance cruciale dans la valorisation du bitume, ainsi que dans la qualité des produits et les émissions de gaz à effet de serre qui y sont associés;
    3. Mieux comprendre les procédés et les aspects environnementaux et économiques du traitement du brut tiré du bitume. Aider les entreprises commerciales de valorisation et de raffinage à diminuer leurs frais d’exploitation et à améliorer la qualité de leurs produits et l’efficacité énergétique de leurs opérations;
    4. Comprendre les propriétés du brut tiré du bitume et de ses produits dérivés : poursuivre la mise au point de méthodes de caractérisation perfectionnées essentielles à l’élaboration de modèles et à la prévision de la qualité des produits synthétiques à partir de la composition chimique et des analyses réalisées en usine.

Programme de production de bitume

Un programme en recherche fondamentale et appliquée pour développer et mettre en oeuvre des techniques polyphases de séparation à la fine pointe de la technologie à l’intention des secteurs pétroliers et environnementaux, et tout particulièrement pour l’exploitation à ciel ouvert et in situ des sables bitumineux et du pétrole lourd classique.

Cette approche est basée sur la compréhension fondamentale des principes qui gouvernent les processus industriels et est améliorée par des partenariats stratégiques et des initiatives collaboratives avec des industries, des établissements d’enseignement, des gouvernements et la communauté scientifique.

Les domaines du programme

Émulsions et résidus

Cette équipe travaille à la mise au point d’un procédé à l’échelle pilote et à l’échelle commerciale, tout en procédant à des travaux de recherche sur l’élaboration de technologies durables sur le plan environnemental, pour le compte de l’industrie des sables bitumineux et de l’industrie du pétrole lourd.

  • Résidus d’argile ou de sable, couches feutres des émulsions;
  • Possibilités d’atténuation, d’utilisation et de piégeage des gaz à effet de serre;
  • Microscopie de laboratoire (microscopie électronique à balayage, microscopie optique et microscopie confocale), diffractométrie X, techniques rhéologiques et techniques de mesure de la taille de particules et de gouttelettes en émulsion, faisant appel à un matériel portable facilement utilisable sur le terrain.

Traitement de la mousse

L’installation pilote de traitemen de la mousse (IPTM) sert à la mise au point de procédés plus rentables et à plus haut rendement énergétique permettant de produire du bitume de haute qualité tout en diminuant les émissions rejetées durant le traitement.

  • Met au point et évalue de nouvelles techniques en vue de la production de bitume sec (à faible teneur en eau) exempt de solide, répondant aux spécifications sur le transport par canalisations.
  • Possède une capacité de deux à cinq litres par minute mais peut adopter plusieurs autres schémas de traitement.
  • Les améliorations apportées à la surveillance et au contrôle des procédés permettent d’élaborer des procédés commerciaux à partir de données obtenues de l’installation pilote.

Hydrocyclone

L’équipe responsable de l’hydrocyclone a mis au point et a breveté l’hydrocyclone de CANMET qui a été spécialement conçu pour traiter les liquides huileux difficiles à séparer, tels que ceux produits lors du traitement des pétroles lourds provenant de l’Ouest canadien. Le nouvel hydrocyclone présente un certain nombre de caractéristiques uniques, dont un orifice réglable de trop-plein et la capacité d’éliminer dans un circuit distinct les solides en suspension. Grâce à des programmes utilisables sur le terrain et à des installations commerciales, l’hydrocyclone de CANMET constitue une option rentable sur le plan financier pour le traitement de rejets de fabrication, de produits à teneur élevée en eau et de l’eau produite, y compris les effluents des unités de dessalement du circuit de raffinage. La Krebs International, qui est basée aux États-Unis et qui est la plus importante entreprise dans ce domaine, détient une licence pour la commercialisation de l’hydrocyclone de CANMET.

Systèmes polyphasés

Cette équipe étudie les propriétés fondamentales des systèmes polyphasés observés lors de l’extraction du bitume des sables bitumineux et lors de la récupération du pétrole lourd.

  • On utilise la microscopie, la caractérisation de l’interface eau/pétrole, la chromatographie en phase gazeuse, la thermogravimétrie et d’autres techniques de laboratoire pour examiner des processus tels que la précipitation de la mousse de bitume dilué, la déstabilisation des émulsions eau-pétrole, le conditionnement des suspensions de sables bitumineux, la précipitation des asphaltènes à partir du bitume et la floculation des résidus de sables bitumineux.
  • On complète cet examen par des modélisations mathématiques et numériques, dont la dynamique computationnelle des fluides et la simulation de Monte Carlo, afin de mieux comprendre le phénomène à l’origine du comportement des systèmes.
  • Les études sont parfois réalisées parallèlement à des essais menés à l’échelle pilote ou servent à guider ces essais. De plus, elles peuvent être utilisées pour concevoir des opérations commerciales.

Spectroscopie

Cette équipe utilise des spectromètres de pointe pour procéder à l’analyse qualitative et quantitative des hydrocarbures dans le bitume et le pétrole lourd.

  • La spectroscopie Raman permet d’analyser des distillats moyens, tels que le carburant diesel et les carburéacteurs, ainsi que la plupart des autres coupes de distillation;
  • La spectroscopie infrarouge photoacoustique permet d’analyser les hydrocarbures solides et liquides, les argiles et les minéraux, ainsi que divers produits industriels;
  • La spectroscopie dans l’ultraviolet, le visible et le proche-infrarouge permet de caractériser les composés organiques et inorganiques.

Qualité de l’eau

La qualité de l’eau influe sur plusieurs aspects de l’exploitation des sables bitumineux (et d’autres ressources), comme l’intégrité des installations, la corrosion des canalisations, l’entartrage, l’extraction du bitume, les propriétés des résidus et les options en matière de remise en état et d’assainissement du site. Il faut connaître la qualité de l’eau utilisée pour l’exploitation et la façon dont cette qualité change avec le temps. Cette équipe :

  • procède à des travaux de recherche fondamentale sur la chimie de l’eau utilisée lors de l’exploitation des sables bitumineux et utilise les données ainsi obtenues pour élaborer des modèles informatiques qui permettront de prévoir la qualité de l’eau lors de divers travaux d’exploitation;
  • élabore et maintient une base de données sur les progrès réalisés dans le domaine des technologies de traitement de l’eau;
  • effectue des recherches sur les méthodes de traitement de l’eau.

Pour effectuer ces travaux, l’équipe dispose d’un ensemble complet d’appareils d’analyse, comprenant un GC-MS, un ICP-OES, un IC, un titrimètre automatique, un TG-FTIR et un analyseur Microtox.

Centre de recherche sur les résidus des sables bitumineux (OSTRF)

Une installation hors campus de l’University of Alberta, le Centre de recherche sur les résidus des sables bitumineux (OSTRF) a été créé en collaboration avec l’industrie, les universités, le gouvernement de l’Alberta et le gouvernement fédéral.

  • Le Centre a comme mandat de mettre au point de nouvelles méthodes novatrices pour traiter les résidus, pour en réduire le volume et pour améliorer leurs caractéristiques physiques, en prévision des travaux d’assainissement qui seront réalisés après l’élimination;
  • Il comprend une usine pilote dont la capacité peut être réglée soit à 600 kg/heure soit à 2000 kg/heure;
  • Il comprend aussi des modules indépendants constitués d’unités interchangeables montées sur patins et d’appareils autonomes, permettant de transporter, de traiter et d’éliminer les résidus.

Personnes-ressources du CTEC-Devon
Rita Maher
Adjointe exécutive en R et D
Tél. : 780-987-8630
Téléc. : 780-987-8630
Courriel : rita.maher@rncan.gc.ca

Hassan Hamza, Ph.D.
Directeur général du CTEC-Devon
Tél. : 780-987-8617
Téléc. : 780-987-8690
Courriel : hassan.hamza@rncan.gc.ca

Centre de la technologie de l’énergie de CANMET
(CTEC-Devon)
1, promenade Oil Patch, bureau A202
Devon (Alberta)  T9G 1A8

Site Web : This link will take you to another Web site CanmetÉNERGIE

Le Centre de la technologie de l’énergie CANMET (CTEC) – Ottawa

Le Centre de la technologie de l’énergie de CANMET (CTEC) – Ottawa, principal élément de science et de technologie de Ressources naturelles Canada, concentre ses activités sur la recherche, le développement et la démonstration visant l’exploration des possibilités et l’amélioration des produits existants dans les domaines propres aux techniques liées aux énergies classiques, aux énergies de remplacement et aux énergies renouvelables. Pour ce faire, il collabore avec les principaux intervenants au sein des secteurs canadiens de l’énergie et de la recherche et développement pour promouvoir l’efficacité énergétique et le développement durable.
Les domaines de compétences techniques du CTEC comprennent ce qui suit :

  • les techniques et outils qui favorisent l’efficacité énergétique dans les secteurs de l’industrie et du bâtiment;
  • les énergies renouvelables, c’est-à-dire l’énergie éolienne, l’énergie solaire, les petites centrales hydro-électriques et la bioénergie et l’énergie de l’océan;
  • les carburants de remplacement tels que le gaz naturel, le propane, l’hydrogène, les carburants alcoolisés et les biodiesel;
  • les systèmes énergétiques dans les collectivités (p. ex., les réseaux de chauffage et de climatisation de quartier, les systèmes de production combinée de chaleur et d’électricité);
  • la combustion sans émissions et à haut rendement énergétique de tous les combustibles (fossiles, déchets, biomasse);
  • le charbon et le coke métallurgiques;
  • le traitement et la transformation à haut rendement énergétique des hydrocarbures (p. ex., le gaz naturel, le kérosène et les huiles végétales), y compris le développement de catalyseurs et de réacteurs à membrane;
  • la gestion du CO2 (c.-à-d. la capture et l’emmagasinage du CO2);
  • les systèmes liés aux transports (c.-à-d. les piles à combustible, les véhicules électriques et les volants d’inertie).

Le CTEC dispose d’installations de recherche renommées mondialement, notamment des laboratoires certifiés ISO 9002 utilisés pour les techniques avancées de combustion, le développement de procédés chimiques, les combustibles métallurgiques et la caractérisation des combustibles. À ces installations s’ajoute toute une panoplie de programmes à frais partagés visant à aider les membres du secteur industriel et d’autres intervenants clés à mettre au point des techniques révolutionnaires dans le domaine de l’énergie. Le CTEC fournit de l’emploi à environ 224 personnes qui, dans leurs domaines respectifs, se posent en tant que professionnels et novateurs aguerris de la haute technologie. Les membres de son personnel sont en mesure d’assurer un soutien technique, de même que, le cas échéant, des services de laboratoire à tous les stades du cycle de développement technologique, soit à partir des études de faisabilité, de la recherche et développement de base, de la mise à l’essai sur le terrain et des améliorations technologiques subséquentes jusqu’aux études de marché et aux services d’évaluation.

Tour d’horizon des programmes et services

Le programme du Groupe de la production écologique de l’électricité (GPEE) constitue le centre canadien d’excellence pour l’élaboration de procédés fixes de combustion à haut rendement énergétique et de techniques de réduction de la pollution visant à appuyer le développement industriel, tant à l’échelle nationale qu’internationale.

Au Canada, la combustion d’hydrocarbures assure la production d’environ 80 p. 100 de l’énergie consommée par l’équipement fixe de production de l’électricité. Comme les combustibles fossiles vont continuer de jouer un rôle prépondérant dans l’économie mondiale pendant les années qui viennent, le GPEE s’emploie activement à développer et à mettre en valeur des procédés et des outils qui permettront de faire ce qui suit, soit :

  • accroître nos connaissances sur la combustion;
  • réduire substantiellement le dégagement de gaz à effet de serre;
  • améliorer l’efficacité de la production d’électricité à base de combustion.

Les recherches effectuées par les membres du GPEE sont axées sur l’amélioration maximale du rendement offert par l’équipement fixe, ainsi que sur l’évaluation et la mise au point de nouveaux produits, combustibles et techniques de modernisation. Les procédés à l’étude font appel à des combustibles classiques, c’est-à-dire le pétrole, le charbon et le gaz naturel, ainsi que les produits de la biomasse et les combustibles spécialisés.

Le Groupe des bâtiments et des collectivités durables (GBCD) est un chef de file dans la recherche, le développement et la mise en valeur de techniques liées à l’efficacité énergétique et aux énergies renouvelables destinées aux habitations, aux bâtiments et aux collectivités. L’objectif du GBCD est de réduire la consommation d’énergie et les émissions de gaz à effet de serre, tout en abordant les questions liées aux futurs approvisionnements en énergie. Prenant une part active au cycle de la commercialisation, le GBCD axe ses activités sur les outils d’analyse et de simulation du rendement énergétique, sur les critères de conception technologique, sur la mise à l’essai, la cotation et la surveillance, sur l’élaboration de normes, sur les essais et les démonstrations sur le terrain, sur les transferts technologiques, ainsi que sur le soutien aux études de faisabilité et aux aspects économiques. Le GBCD œuvre avec des chercheurs et des innovateurs en matière de technologies énergétiques ainsi que les adopteurs précoces de ces technologies à l’échelle nationale et internationale en vue d’accroître les capacités industrielles et la pénétration des marchés.

Les spécialistes du Laboratoire de caractérisation travaillent à caractériser les produits et les sous-produits gazeux, liquides et solides tirés du traitement et de la combustion de combustibles fossiles, de la biomasse et des résidus, adaptant fréquemment des techniques spécialisées afin de répondre aux besoins des clients. Ils réalisent constamment des travaux en vue de mettre au point des procédures analytiques et d’améliorer, à l’échelle nationale et internationale, les méthodes d’essai reconnues.

Les activités suivantes font partie du Groupe d’innovation industrielle (GII) : Le Groupe des techniques énergétiques pour les procédés à haute température s’efforce d’améliorer les procédés de fabrication du coke et du fer. Leurs activités comprennent la réalisation de recherches concernant l’injection de charbon dans les hauts fourneaux, le prolongement de la durée de vie utile des fours à coke, ainsi que l’amélioration de la qualité du coke.

Le Programme de recherche et de développement énergétiques dans l’industrie vise à appuyer les propositions industrielles en vue du développement et de l’application préliminaire de procédés, de produits, de systèmes et d’équipements perfectionnés, à haut rendement énergétique et respectueux de l’environnement.

Le Groupe du traitement et de la catalyse environnementale fait appel à ses principales compétences dans le domaine de la modélisation des procédés, de la catalyse et du développement de membranes afin de résoudre les problèmes relatifs aux procédés industriels, et afin de faire des recherches sur des procédés choisis de transformation chimique relativement au gaz naturel, aux huiles tirées de la biomasse, aux huiles usées et aux émissions provenant des moteurs.

Le Programme de la technologie de l’énergie dans les transports permet de travailler en partenariat avec l’industrie afin d’appuyer des techniques de pointe dans le domaine des transports contribuant à minimiser les répercussions sur l’environnement. Parmi les domaines explorés dans le cadre du Programme, mentionnons les carburants de remplacement, les systèmes de propulsion perfectionnés sans émissions polluantes, les systèmes de stockage de l’énergie à la fine pointe de la technologie, les techniques de contrôle des émissions, l’efficacité énergétique des systèmes de transport par véhicules et l’infrastructure de ravitaillement.

Le Groupe de la planification et du regroupement technologiques appuie l’utilisation de modèles de développement reliés au regroupement de la planification et des programmes s’articulant autour de la technologie. Il vise à accroître la synergie entre les divers secteurs technologiques et à favoriser la coordination des politiques et des programmes en sciences et en technologie.

Personne-ressource
Dean Haslip, PhD
Directeur général
Tél. : 613-996-8201
Téléc. : 613-947-2318
Courriel : Dean.Haslip@RNCan-NRCan.gc.ca

Centre de la technologie de l’énergie de CANMET
Ressources naturelles Canada
1, promenade Haanel
Ottawa (Ontario)  K1A 1M1

Site Web : This link will take you to another Web site CanmetÉNERGIE

Centre de la technologie de l’énergie de CANMET – Varennes (CTEC-Varennes)

Le Centre de la technologie de l’énergie de CANMET – Varennes (CTEC-Varennes) est l’un des trois centres de recherche et d’innovation en énergie de la direction de CTEC de Ressources naturelles Canada (RNCan). Fondé en 1992 sous le nom Laboratoire de recherche en diversification énergétique de CANMET (LRDEC), le CTEC-Varennes a comme mission d’amener des secteurs ciblés de l’économie canadienne à diminuer leurs émissions de gaz à effet de serre (GES), à utiliser l’énergie de manière plus durable et à améliorer leur capacité d’innovation. Le Centre concrétise sa mission en concevant et en déployant des solutions technologiques et des connaissances pour produire et utiliser l’énergie de façon durable et efficace, tout en stimulant la santé économique canadienne. Le CTEC-Varennes a des activités dans quatre secteurs, soit :

  • les bâtiments,
  • l’industrie,
  • les énergies propres,
  • le Centre d’aide à la décision sur les énergies propres RETScreen International.

Domaines de recherche

  • Systèmes et technologies de réfrigération
  • Technologie de pompe à chaleur
  • Bâtiment intelligents
  • Bâtiment à consommation énergie nulle
  • Technologie photovoltaïque et systèmes hybrides
  • Intégration aux réseaux des énergies renouvelables et ressources distribuées
  • Réseaux d’électricité avancée
  • Méthodologie d’optimisation des procédés industriels
  • Techniques avancés d’analyse de données industrielles

De plus, l’expertise du CTEC-Varennes peut intervenir dans la prise de décisions concernant les politiques, le développement de programmes et de normes et réglementation au sein de Ressources naturelles Canada

Personnes-ressources
Gilles Jean, Ph.D.
Directeur général
Tél. : 450-652-6639
Téléc. : 450-652-5177
Courriel : gjean@rncan.gc.ca

Lisa Dignard-Bailey, Ph.D.
Directrice, Programme de R et D – Intégration des énergies renouvelables et ressources distribuées
Tél. : 450-652-5161
Courriel : lisa.dignard@nrcan.gc.ca

Sophie Hosatte, Ph.D.
Directrice, Programme de R et D – Bâtiment
Tél. : 450-652-5331
Courriel : fiSophie.hosatte@nrcan.gc.ca

Eric Soucy, Directeur, Programme de R et D – Industrie
Tél. : 450-652-4299
Courriel : Eric.soucy@nrcan.gc.ca

Centre de la technologie de l’énergie de CANMET – Varennes
1615, boulevard Lionel-Boulet
C.P. 4800
Varennes (Québec)  J3X 1S6

Site Web : This link will take you to another Web site CanmetÉNERGIE

Secteur des sciences de la Terre

Commission géologique du Canada (CGC)

La Commission géologique du Canada (CGC) est le principal organisme d’information et de recherche dans le domaine des sciences de la Terre au Canada; par son expertise de calibre mondial, elle contribue aux levés géoscientifiques et à l’innovation technologique. Le travail de la Commission géologique du Canada se concentre sur les priorités suivantes du Secteur des sciences de la Terre.

CGC Atlantique

Domaines de recherche

Géologie et géophysique des marges continentales de l’Est et de l’Arctique canadiens et des bassins océaniques contigus, y compris études sismiques dans les profondeurs et modélisation géodynamique; géologie du pétrole, de surface et du milieu marin, y compris recherche géotechnique; technologie géoscientifique marine; évolution des bassins sédimentaires; stabilité des fonds marins; biostratigraphie et banques de données pertinentes.

Personne-ressource
J. Verhoef, Ph.D.
Directeur
Tél. : 902-426-3448
Téléc. : 902-426-1466
Courriel : jverhoef@rncan.gc.ca

Commission géologique du Canada – Atlantique
C.P. 1006
Dartmouth (Nouvelle-Écosse)  B2Y 4A2

CGC Calgary

Domaines de recherche

Géologie, géophysique et géochimie des bassins sédimentaires et orogènes de l’Ouest et de l’Arctique canadiens (comprenant sédimentologie, paléontologie, stratigraphie et géologie structurale), géochimie organique, géologie du charbon et du pétrole, et évaluations nationales des ressources en hydrocarbures. Les laboratoires nationaux pour la géochimie organique et la paléontologie.

Personne-ressource
M. Cecile, Ph.D.
Scientifique émérite
Tél. : 403-292-7133
Téléc. : 403-292-5377
Courriel: mcecile@rncan.gc.ca

Commission géologique du Canada – Calgary
3303, 33e Rue Nord-Ouest
Calgary (Alberta)  T2L 2A7

CGC Pacifique

Domaines de recherche

Bureau de Sidney (C.-B.) : séismes et aléas sismiques, déformation de l’écorce terrestre, géologie et géophysique marines (y compris bathymétrie et imagerie acoustique), géologie côtière et des estuaires, hydrates de gaz, paléomagnétisme, géologie et métallogénie de la Cordillère canadienne, gravité et géomagnétisme.

Bureau de Vancouver (C.-B.) : géologie et métallogénie de la Cordillère canadienne (y compris structure, stratigraphie, sédimentologie, paléontologie, pétrologie, volcanologie, hydrogéologie et tectonique), géochimie environnementale, cartographie des eaux souterraines et risques naturels.

Personne-ressource
Carmel Lowe, Ph.D.
Directrice
Tél. : 250-363-6763
Téléc. : 250-363-6739
Courriel : clowe@rncan.gc.ca

Commission géologique du Canada (Pacifique)
C.P. 6000
9860, chemin Saanich Ouest
Sidney (Colombie-Britannique)  V8L 4B2

CGC Centre du Canada

Domaines de recherche

La Division Centre du Canada est constituée d’une équipe de spécialistes qui assurent la prestation de programmes intégrés portant sur la géologie du substratum rocheux :

  • cartographie géologique et géophysique (axée sur la géologie, l’architecture et l’évolution tectonique du Bouclier canadien et des Appalaches);
  • recherche en sciences de la Terre dans le cadre de programmes interagence interdisciplinaires, tels que CARTNAT, Lithoprobe et l’Initiative géoscientifique ciblée;
  • études de la lithosphère continentale axées sur les processus; géochronologie et géochimie (centre d’excellence de la CGC en études isotopiques et en datations radiogéniques de précision);
  • études géophysiques de la lithosphère continentale (sismique réflexion et sismique réfraction, télésismique, magnétisme et gravimétrie, électromagnétisme);
  • études sismiques et EM à haute résolution conçues pour développer et vérifier la technologie d’exploration sismique et EM de la croûte cristalline;
  • saisie de données aéromagnétiques dans les régions continentales et extra-côtières du Canada;
  • intégration, compilation, visualisation, analyse et synthèse de données géologiques numériques;
  • information géoscientifique pour la base de données nationale, comprenant l’élaboration de méthodes, de normes et de stratégies de recherche pour le SIG;
  • mise au point de logiciels et de matériel géophysiques.

Personne-ressource
Alan Galley, Ph.D.
Chef, Sous-division des gîtes minéraux et de la géophysique appliquée
Tél. : 613-992-7867
Téléc. : 613-992-5694
Courriel : al.galley@rncan.gc.ca

Commission géologique du Canada
601, rue Booth, 6e étage, bureau 680
Ottawa (Ontario)  K1A 0E8

CGC Nord du Canada (CGC NC)

Domaines de recherche

Géologie de surface, paléoenvironnements, changement climatique, géomorphologie, géochimie appliquée, hydrogéologie, laboratoires environnementaux, glissement de terrain et géotechnique, géophysique de surface, glaciologie, pergélisol et géoinformatique.

Personne-ressource
Daniel Lebel
Directeur
CGC Nord du Canada
Tél. : 613-992-2451
Téléc. : 613-992-0190
Courriel : dlebel@rncan.gc.ca

Commission géologique du Canada
601, rue Booth
Ottawa (Ontario)  K1A 0E8

CGC-Québec

Domaines de recherche

Géologie et métallogénie de l’est du Canada, particulièrement le Grenville et les Appalaches canadiennes (géologie structurale, stratigraphie, sédimentologie, étude des métaux précieux, des métaux de base et des métaux de haute technologie); géologie économique; sédimentologie et stratigraphie du Quaternaire; cartographie du Quaternaire de l’est du Canada; recherche environnementale (y compris les risques géologiques, la géomorphologie, la géochimie, le changement climatique et le pergélisol).

Personne-ressource
Donna Kirkwood
Directrice
Tél. : 418-654-2675
Téléc. : 418-654-2615
Courriel : Donna.Kirkwood@RNCan.gc.ca

Commission géologique du Canada – CGC-Québec
490, rue de la couronne
Québec (Québec)  G1K 9A9

Géomatique Canada

Géomatique Canada (GC) est l’organisme principal au Canada responsable des questions liées aux levés, aux cartes, aux données de télédétection et à l’information à référence géographique décrivant la masse continentale canadienne. GC est responsable de fournir l’information de référence spatiale de base nécessaire au bon fonctionnement des systèmes d’information géographique, d’exécuter les activités géomatiques du gouvernement fédéral et de favoriser la croissance de l’industrie canadienne de la géomatique. Géomatique Canada comprend la Direction des services cartographiques; le Centre canadien de télédétection comprend la Division des levés géodésiques; et la Division des levés officiels comprend la Commission de la frontière internationale. En plus d’être une organisation qui appuie les priorités en science et technologie du gouvernement fédéral, GC est reconnue à l’échelle internationale pour produire des données géospatiales grâce à une technologie hautement perfectionnée. Le travail de Géomatique Canada se concentre sur les priorités suivantes du Secteur des sciences de la Terre.

Service du Système canadien de référence spatiale

Le Système canadien de référence spatiale (SCRS) surveille l’orientation de la Terre dans l’espace, y compris la vitesse de rotation, et valide des données de référence fondamentales pour la latitude, la longitude, l’altimétrie et la gravimétrie, constituant le fondement de l’évolution des besoins en matière de géoréférence et des activités en sciences de la Terre au pays. Les cadres de référence qui en résultent, diffusés par les réseaux de référence provinciaux et municipaux et par d’autres services gouvernementaux, permettent d’assurer la compatibilité des données géoréférencées canadiennes sur terre et dans l’espace, peu importe leur source ou leur date. Les applications qui en découlent comprennent la cartographie, le relèvement hydrographique, la navigation, le génie, la démarcation des frontières, l’étude géodynamique et d’autres activités de géoréférence.

Domaines de recherche

  • Les cadres de référence géodésiques et l’analyse de réseaux (3D);
  • Le Système canadien de contrôle actif (CACS), soutenu par un réseau de stations GPS permanentes et un service en temps réel de GPS différentiel sur grande superficie (WADGPS);
  • Les levés géodésiques utilisant les techniques modernes spatiales ainsi que les calculs associés;
  • La détermination d’altitudes orthométriques par GPS;
  • Les applications géodésiques de l’Interférométrie sur très longue base (VLBI);
  • La gestion de données géodésiques et de la gravité, et des systèmes connexes d’information;
  • La gravimétrie, comprenant la gravimétrie absolue et aéroportée;
  • La détermination de l’ondulation du géoïde;
  • La géodésie intégrée et la géodynamique.

Personne-ressource
R. Duval
Gestionnaire, Système canadien de référence spatiale
Tél. : 613-947-2786
Téléc. : 613-995-3215
Courriel : robert.duval@rncan.gc.ca

Division des levés géodésiques
615, rue Booth
Ottawa (Ontario)  K1A 0E9

Site Web : This link will take you to another Web site Système canadien de référence spatiale

Direction des services cartographiques

Domaines de recherche

Actuellement, nos laboratoires effectuent des recherches dans les domaines suivants :

  • détection automatisée des changements, extraction et classification des éléments cartographiques à partir d’images multi-résolution provenant de multiples capteurs aéroportés et spatiaux, en mettant l’accent sur la révision rapide des données topographiques;
  • cartographie de terrain à grande résolution et données de multi-télédétection;
  • intégration du système d’information géographique (SIG) et de la télédétection pour des applications cartographiques;
  • données spatiales des infrastructures locales;
  • radar interférométrique à synthèse d’ouverture (INSAR) et imagerie satellitaire de modèles numériques d’élévation obtenue par lidar : caractéristiques et potentiel des images en matière de saisie de données géospatiales et de mise à jours, de capteurs, de normes et d’interprétation s’y rattachant;
  • systèmes de caméra numérique à cadre pour les applications de cartographie rapide;
  • bases de données géospatiales orientées objets;
  • interopérabilité (incluant l’interopérabilité sémantique), intégration et fusion de bases de données géospatiales hétérogènes;
  • services Web relatifs aux données géospatiales (incluant services Web de localisation);
  • bases de données géospatiales favorisant la prise de décision en faveur du développement durable;
  • métadonnées sur les données géospatiales;
  • échange de données géospatiales : XML/GML0;
  • intégration et interopérabilité de bases de données hétérogènes;
  • visualisation de cartes dans l’environnement Internet;
  • conception et visualisation de cartes;
  • généralisation et représentation multiple des données géospatiales;
  • cartes tactiles et cartes pour des besoins particuliers;
  • cybercartographie pour les personnes ayant une déficience visuelle;
  • animation interactive de données tridimensionnelles dans Internet;
  • applications des données géospatiales pour le développement durable des ressources naturelles;
  • genre et cartographie.

Les autres domaines d’intérêt possibles comprennent :

  • généralisation et représentations à variation d’échelle;
  • infrastructures de données géospatiales;
  • systèmes à base de connaissances;
  • téléprésence spatiale virtuelle 4D pour la surveillance de l’environnement.

Personne-ressource
Eva M. Siekierska, Ph.D.
Gestionnaire de projets de recherche
Tél. : 613-992-4470
Téléc. : 613-995-4438
Courriel : siekiers@rncan.gc.ca

Direction des services cartographiques
615, rue Booth
Ottawa (Ontario)  K1A 0E9

Centre canadien de télédétection

Le Centre canadien de télédétection (CCT) est chargé d’assurer au Canada un service national de réception, de traitement, d’archivage et de diffusion de données de télédétection. Le CCT assure également la mise au point de techniques de télédétection, à l’appui de la recherche sur le changement climatique, de la protection de la santé et de l’environnement, de la cartographie des eaux souterraines, de la recherche concernant les risques naturels, et de l’exploration et la cartographie du Nord. Le CCT comprend le Service canadien de géodésie.

En partenariat avec d’autres ministères, le CCT participe au développement de l’Infrastructure canadienne de données géospatiales (ICDG) et, de concert avec le secteur privé, travaille à la mise au point des systèmes d’information géographique (SIG). L’équipe de l’Atlas national du Canada au CCT fournit le résumé national reconnu de l’information géographique intégrée canadienne pour les décideurs, les établissements d’enseignement et le grand public.

Domaines de recherche

Algorithmes, procédures et méthodes de traitement, correction et analyse de données obtenues au moyen d’un détecteur à bord d’un satellite; correction radiométrique et géométrique; spectroscopie par réflectance et radiométrie; analyse et méthodologies d’interprétation de l’imagerie de radar à synthèse d’ouverture; développement d’applications hyperspectrales et simulations; généralisation et transformation contextuelle de bases de données spatiales et de l’imagerie; concepts pour la gestion de l’analyse de grands ensembles de données issus de projets sur l’observation de la terre.

Mise en valeur spécifique de l’analyse et des méthodologies d’interprétation de l’imagerie du radar à synthèse d’ouverture dans le cadre des applications terrestres.

Les approches actuelles comprennent l’utilisation de systèmes d’analyse d’images; des techniques servant à l’intégration de l’imagerie satellite à des systèmes d’information géographiques vectoriels; des procédures sur la généralisation des cartes, l’imagerie hyperspectrale, la polarimétrie radar et l’interférométrie radar.

Personne-ressource
Paola de Rose
Directrice
Tél. : 613-947-1350
Téléc. : 613-947-1385
Courriel : Paola.DeRose@NRCan.gc.ca

Centre canadien de télédétection
588, rue Booth,
Ottawa (Ontario)  K1A 0Y7

Site Web : This link will take you to another Web site Télédétection

Pour plus de renseignements, consultez la page des This link will take you to another Web site Sciences de la terre.

Service canadien des forêts

Domaines de recherche

Le programme de sciences et technologie du Service canadien des forêts entend promouvoir la gestion durable de nos forêts et contribuer à la compétitivité de l’industrie forestière canadienne par le développement des connaissances, de bases de données et de technologies et leur application. Le programme s’attaque aux problèmes de fond nationaux et internationaux de gestion stratégique que le secteur forestier doit relever. Les activités pour mener à bien ces objectifs relèvent de cinq réseaux de recherche en sciences et technologie administrés par cinq centres de recherche et sièges sociaux.

Chacun de ces centres est utilisé par ses réseaux respectifs comme bureau administratif et ayant la responsabilité des exploitations. Cependant, il est important de noter que les activités engagées par chacun des réseaux ont des éléments de fonctionnement dans chacun des centres nationaux en plus du siège social auquel un réseau lui est attribué.

Site Web : This link will take you to another Web site Service canadien des forêts.

Centre de foresterie de l’Atlantique

Domaines de recherche

Le Centre de foresterie de l’Atlantique (CFA) a des installations à Fredericton (Nouveau-Brunswick) et à Corner Brook (Terre-Neuve-et-Labrador). Ses chercheurs jouent un rôle primordial dans les programmes nationaux et régionaux de recherche forestière et les dossiers forestiers internationaux. Le partenariat avec les universités et l’industrie locales offre des possibilités d’accroître la capacité de recherche.

Le site de Fredericton abrite des laboratoires ultramodernes, une collection complète d’insectes et de spécimens pathologiques ainsi qu’un complexe de serres et de pépinières climatisées d’avant-garde. Ses chercheurs s’intéressent, entre autres, aux nouvelles méthodes de lutte intégrée contre les ravageurs, à la santé des forêts, à la conservation des gènes dans le but de préserver la biodiversité, à l’embryogenèse somatique et à la manipulation génétique comme moyen d’améliorer la production ligneuse aux répercussions des changements climatiques et stratégies d’adaptation ainsi qu’aux outils informatiques de gestion et de planification.

Le Centre de foresterie de Corner Brook se trouve dans les locaux du Sir Wilfred Grenfell College, sur le campus de la Memorial University of Newfoundland. Ses programmes de recherche portent sur la perturbation des écosystèmes boréaux, comme les modifications du cycle du carbone et des éléments nutritifs, le changement climatique, les questions d’échelle en écologie, en biodiversité, ainsi que sur les analyses visant à améliorer la durabilité des écosystèmes forestiers. L’infrastructure de recherche comprend des systèmes informatiques qui sont utilisés pour la télédétection, les SIG et la gestion des connaissances.

Le CFA administre également 10 000 hectares qui forment la Forêt expérimentale Acadia, un outil de recherche unique où il y a des parcelles d’expérimentation permanentes.

Personne-ressource
Derek D. MacFarlane
Tél. : 506-452-3508
Téléc. : 506-452-3140
Courriel : derek.macfarlane@rncan.gc.ca

Centre de foresterie de l’Atlantique
Centre forestier Hugh John Flemming
C.P. 4000
Fredericton (Nouveau-Brunswick)  E3B 5P7

Site Web : This link will take you to another Web site Centre de foresterie de l'Atlantique

Centre de foresterie des Laurentides

Domaines de recherche

Les recherches du CFL se traduisent concrètement par des activités concernant :

  • la santé des forêts (insectes et maladies) et la biodiversité;
  • les méthodes de lutte biologique contre les insectes ravageurs (tordeuse des bourgeons de l’épinette, spongieuse, arpenteuse de la pruche) et les maladies (maladie du rond, rouille vésiculeuse, chancre scléroderrien), qui sont sécuritaires pour l’environnement (emploi du Bacillus thuringiensis (B.t.) et autres méthodes non chimiques);
  • la compréhension des effets des perturbations naturelles (feux de forêts, épidémie d’insectes, chablis, verglas) pour le développement de stratégies d’aménagement écosystémique;
  • la productivité des écosystèmes, par exemple, les effets résultants des techniques actuelles d’aménagement forestier sur la productivité forestière et l’amélioration des pratiques forestières;
  • l’amélioration des arbres pour obtenir de meilleurs rendements tout en préservant la forêt (résistance aux insectes et maladies, augmentation de la matière ligneuse, qualité du bois, biotechnologie et génétique);
  • l’amélioration des connaissances du fonctionnement de l’arbre;
  • l’élaboration d’outils d’aide à la décision (télédétection et géomatique);
  • l’évaluation des impacts des changements climatiques sur la forêt et l’élaboration de stratégies d’adaptation.

Personnes-ressources
Gaëtan Daoust
Tél. : 418-648-5833
Téléc. : 418-649-6956
Courriel : gaetan.daoust@rncan.gc.ca

Normand Laflamme
Tél. : 418-648-2528
Téléc. : 418-648-2529
Courriel : normand.laflamme@rncan.gc.ca

Centre de foresterie des Laurentides
1055, rue du P.E.P.S.
C.P. 10380, succursale Sainte-Foy
Québec (Québec)  G1V 4C7

Site Web : This link will take you to another Web site Centre de foresterie des Laurentides

Centre de foresterie des Grands Lacs

Domaines de recherche

Processus des écosystèmes forestiers : recherche pour déterminer comment les processus écologiques fondamentaux influent sur la productivité et la résilience des écosystèmes forestiers. Recherche sur la productivité durable, la succession forestière et la dynamique de population. Faire avancer l’élaboration de méthodes écologiquement acceptables de lutte contre les ravageurs forestiers et contribuer à la lutte intégrée contre les ravageurs et au développement durable des forêts en partenariat avec d’autres réseaux forestiers du Canada, clients externes et collaborateurs; la lutte biologique; les agents antimicrobiens; la lutte biotechnologique contre les ravageurs; les produits naturels et les substances écomones; la recherche et l’évaluation environnementales et les applications à la lutte contre les ravageurs.

Personne-ressource
Theodore (Ted) Van Lunen
Tél. : 705-541-5555
Téléc. : 705-541-5704
Courriel : ted.vanlunen@rncan.gc.ca

Centre de foresterie des Grands Lacs
1219, rue Queen Est
C.P. 490
Sault Ste. Marie (Ontario)  P6A 5M7

Site Web : This link will take you to another Web site Centre de foresterie des Grands Lacs

Centre de foresterie du Nord

Domaines de recherche

Les employés du Centre de foresterie du Nord, du Service canadien des forêts, situé à Edmonton, s’occupent des programmes de recherche et des programmes opérationnels en Alberta, en Saskatchewan, au Manitoba, dans les Territoires du Nord-Ouest et au Nunavut. Leur travail s’articule autour de trois principaux domaines : les communautés autochtones et les communautés rurales, le changement climatique et la durabilité des forêts. Pour ce qui est des communautés autochtones et des communautés rurales, nous cherchons à approfondir nos connaissances au sujet des incidences d’ordre socio-économique et environnemental des forêts et du secteur des forêts sur les communautés. Nos recherches sur le changement climatique visent à étudier les incidences possibles du changement climatique sur les forêts et les écosystèmes forestiers, de sorte que les décisions et les stratégies d’adaptation adéquates puissent être élaborées et mises en œuvre. Dans le cadre des projets liés à la durabilité des forêts du Canada, nous visons à accroître nos connaissances sur la santé de nos forêts, à cerner les facteurs qui les menacent et à élaborer des stratégies pour gérer ces menaces, tout en rehaussant la valeur socio-économique de nos forêts.

Le Centre de foresterie du Nord s’occupe également d’initiatives nationales qui s’inscrivent dans le cadre d’une nouvelle stratégie de lutte contre les feux de forêts au Canada et du projet des forêts boréales, et il coordonne la mise en œuvre en région de programmes nationaux comme le Réseau de forêts modèles du Canada et le Programme forestier des Premières nations. De plus, le Centre a des employés qui travaillent au Centre de la fibre, un organisme virtuel national qui vise à améliorer la valeur économique des ressources ligneuses forestières du Canada.

Personne-ressource
Gordon Miller
Tél. : 780-435-7283
Téléc. : 780-435-7359
Courriel : gmiller@rncan.gc.ca

Centre de foresterie du Nord
5320, 122e Rue
Edmonton (Alberta)  T6H 3S5

Site Web : This link will take you to another Web site Centre de foresterie du Nord

Centre de foresterie du Pacifique

Domaines de recherche

Le Centre de foresterie du Pacifique (CFP) du Service canadien des forêts fait partie d’un cadre national de projets nationaux à vocation scientifique et politique. Il y coordonne et diffuse l’information et les connaissances sur le changement climatique, la protection des forêts, les écosystèmes forestiers, la perturbation du paysage, les espèces envahissantes, la santé et la biodiversité des forêts, ainsi que la synthèse de l’information et des connaissances.

En collaboration avec des partenaires provinciaux et territoriaux, le CFP dirige des programmes nationaux comme l’Observation de la Terre pour le développement durable des forêts (EOSD), le Système de comptabilisation et de surveillance du carbone forestier, la Stratégie nationale de lutte contre les ravageurs forestiers, l’Inventaire forestier national du Canada et le Système national d’information forestière. Au cours des cinq prochaines années, ces programmes élaboreront et fourniront des méthodes et des produits d’information forestière intégrée à l’échelle nationale. Ils établiront également une infrastructure pour donner aux clients un accès en ligne à l’information détenue par des organismes fédéraux, provinciaux et territoriaux et d’autres organismes gouvernementaux et non gouvernementaux.

Les chercheurs du CFP contribuent également à l’analyse des questions prioritaires dans les secteurs de l’industrie, du commerce et de l’économie.

De plus, afin de répondre aux divers besoins du secteur forestier, le CFP participera à la réalisation du Programme forestier des Premières nations, du Programme du dendoctrone du pin et du Programme des collectivités forestières.

Ressources

Le CFP est une source de connaissances et d’information scientifiques de premier ordre sur l’intendance des terres forestières du Canada et l’aménagement des forêts commerciales. Ses installations se trouvent dans un immeuble de quatre étages de 250 000 pi2 sur un terrain de 17 hectares. Elles abritent des caissons climatiques, des chambres de culture, des chambres de propagation, une collection d’insecte, un herbier de pathologie forestière, des serres ainsi qu’une librairie en ligne et une bibliothèque où l’on a accès à des milliers de publications et de résumés. Le Centre compte 140 employés ainsi que 80 étudiants et des employés nommés pour une période déterminée.

Personne-ressource
Gary Hogan
Conseiller scientifique
Tél. : 250-363-8976
Téléc. : 250-363-6004
Courriel : ghogan@nrcan.gc.ca

Centre de foresterie du Pacifique
506, chemin West Burnside
Victoria (Colombie-Britannique)  V8Z 1M5

Site Web : This link will take you to another Web site Centre de foresterie du Pacifique

Les gens. La découverte. L'innovation.