Nouvelles récentes

Initiative de modélisation des maladies infectieuses émergentes

Déclaration d’intérêt

Nouvelles des programmes

le 13 octobre 2020

Contexte

Les maladies infectieuses émergentes (MIE), comme la COVID‑19 qui sévit à l’heure actuelle, représentent une grave menace pour la santé publique. La plupart des MIE sont des maladies infectieuses animales qui ont d’emblée ou qui acquièrent la capacité d’infecter les humains (on les appelle alors « zoonoses »). Elles sont parfois transmissibles entre humains sans qu’aucun animal ne participe à la transmission. Les zoonoses qui acquièrent une capacité de transmission interhumaine efficace sont les plus susceptibles de se propager dans la population humaine et de provoquer des pandémies comme celle de COVID‑19. En raison de l’importance des interactions entre les humains, les animaux et l’environnement dans l’apparition et la propagation des MIE, il nous faut adopter une approche globale à la santé (One Health) afin de comprendre ces maladies pour appuyer l’évaluation des risques ainsi que la prévention et le contrôle des maladies. Autrement dit, il faut prendre en compte ces interactions.

Dans le contexte de la santé publique, la modélisation permet de recréer les composantes essentielles des cycles de transmission des agents pathogènes à partir de notre compréhension de la biologie de ces agents et de leurs interactions avec leurs hôtes. Les modèles peuvent aider les responsables de la santé publique et les organismes de santé publique à comprendre où et quand les maladies infectieuses peuvent émerger ou réémerger. Ils permettent aussi d’explorer les meilleures méthodes ou combinaisons de méthodes pour contrôler les éclosions de maladie ou les épidémies et protéger la santé des Canadiens.

Dans la lutte contre la pandémie de COVID-19, la modélisation mathématique s’est avérée un outil essentiel pour les chercheurs et les conseillers en politiques afin de simuler l’incidence de diverses interventions ou stratégies de santé publique et de produire des prévisions quantitatives de leur incidence éventuelle sur la santé de la population à l’avenir. Au Canada, un large éventail d’intervenants (entre autres les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux, les administrations municipales, les organismes de santé publique, les bureaux de santé publique locaux, les organismes de recherche et les universités) élaborent des modèles pour éclairer et orienter les réponses aux menaces pour la santé publique, comme la COVID-19. La pandémie en cours a fait ressortir le rôle crucial de la modélisation ainsi que la nécessité d’une capacité accrue et continue à mettre en œuvre et à valider une gamme complète d’outils de modélisation nécessaires pour appuyer la prise de décisions concernant les mesures de santé publique et les interventions en cas de pandémie ou d’éclosion.

Dans l’administration fédérale, l’Agence de la santé publique du Canada (ASPC) a cerné depuis le début de la pandémie de COVID-19 plusieurs possibilités liées à l’amélioration de la capacité de modélisation des données sur les maladies infectieuses, qui est au cœur de la surveillance des maladies, et à la coordination connexe. L’expérience vécue pendant cette pandémie montre clairement que le Canada bénéficierait :

  • d’une augmentation du nombre de spécialistes chevronnés de la modélisation ;
  • d’une amélioration de la coordination des spécialistes pour contribuer à déterminer les enjeux prioritaires et les orientations stratégiques ;
  • d’une amélioration de la mobilisation des spécialistes et de la collaboration entre eux pour accélérer la recherche et proposer des solutions éventuelles.

Si l’on comble ces lacunes, le pays sera mieux préparé à faire face aux situations d’urgence en santé publique, comme les pandémies.

L’ASPC et le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG) travaillent ensemble pour intensifier les efforts de collaboration entre le milieu universitaire et toutes les parties intéressées concernées; l’objectif est de faciliter la réalisation et la coordination de la modélisation des maladies infectieuses en vue de mieux intervenir dans la lutte contre la COVID‑19 et dans d’autres situations similaires.

Objectifs

La possibilité de financement vise deux grands objectifs :

  • renforcer la capacité nationale de modélisation des maladies infectieuses à l’appui des mesures de santé publique qui seront prises à l’avenir pour lutter contre les MIE en créant un réseau national de collaboration et de mobilisation des connaissances;
  • soutenir directement la lutte contre la COVID-19 au Canada en favorisant l’élaboration de produits de modélisation qui appuieront la prise de décisions en matière de santé publique grâce à l’analyse des risques et des répercussions et à la prestation d’une aide à la prise de décisions, par exemple la conception de programmes d’intervention.

Pour permettre l’atteinte de ces objectifs, l’initiative de Modélisation des maladies infectieuses émergentes (MMIE) vise à établir à l’échelle du pays un ou plusieurs réseaux multidisciplinaires de spécialistes pour la modélisation de maladies infectieuses afin de répondre aux besoins en santé publique associés aux maladies infectieuses émergentes et à des pandémies comme celle de COVID‑19. Ces réseaux amélioreraient et officialiseraient les structures ponctuelles existantes, faciliteraient le maintien ou la création de partenariats entre les établissements ainsi que la mise en commun des avancées et des stratégies méthodologiques. Ils permettraient ainsi d’améliorer et d’intensifier les initiatives de recherche et soutiendraient le renforcement des capacités de modélisation des maladies infectieuses au Canada.

On encourage les candidats à établir des collaborations démontrant l’intégration de l’approche globale à la santé (One Health) (interactions entre les humains, les animaux et l’environnement) pour ce qui est de comprendre l’émergence et la transmission des maladies infectieuses ainsi que les stratégies de prévention et de contrôle connexes.

Pour renforcer la capacité nationale sur ce front, il nous faut absolument former du personnel hautement qualifié, capable de lutter contre les MIE et les pandémies actuelles et futures grâce à une connaissance approfondie des besoins en matière de modélisation à l’appui de la prise de décisions en santé publique. Ces besoins comprennent notamment l’évaluation de la propagation des maladies infectieuses qui émergent ou réémergent dans les populations humaines et animales ainsi que des méthodes de contrôle reposant sur des contre-mesures médicales et des interventions non pharmaceutiques. Dans cette optique, les demandes devraient proposer des projets de recherche en modélisation semblables à ceux réalisés par les scientifiques qui travaillent aux interventions de santé publique pour lutter contre les MIE en général et la COVID-19 en particulier. La recherche devrait être conçue de manière à combler les lacunes dans la modélisation des MIE en général et dans la modélisation à l’appui des mesures de lutte contre la COVID-19 en particulier en utilisant plusieurs moyens :

  • innovation dans les méthodes de modélisation élaborées afin de parvenir à des modèles prêt à l’emploi pour les modes de transmission courants (par voie respiratoire, aéroportée, vectorielle, hydrique ou alimentaire), modèles que l’on pourrait facilement adapter aux nouvelles MIE;
  • élaboration de modèles permettant d’explorer la transmission entre les populations animales (animaux domestiques ou sauvages) et la population humaine, compte tenu de la nature zoonotique de la COVID‑19 et de nombreuses autres MIE ;
  • établissement de partenariats avec des épidémiologistes, des biostatisticiens, des scientifiques des données, des spécialistes de la surveillance des maladies et des praticiens en santé publique pour cerner les lacunes dans les données d’importance cruciale pour orienter les efforts de modélisation; élaboration de plans d’action et établissement de priorités pour mobiliser les partenaires rapidement et assurer une collecte vigoureuse des éléments de données nécessaires sur une base régulière et pendant les éclosions;
  • élaboration de modèles permettant d’explorer toute la portée des répercussions sanitaires, sociales, économiques, environnementales et saisonnières éventuelles des interventions de santé publique proposées afin de quantifier un large éventail de risques et d’avantages associés aux stratégies de prévention et de contrôle des maladies;
  • regroupement de compétences spécialisées complémentaires pour dégager un consensus fondamental en ce qui concerne les modèles de contacts sociaux (contacts) et le réseau de transport (mobilité).

Pour déployer l’initiative de MMIE, le CRSNG attribuerait un certain nombre de subventions, totalisant 10 millions de dollars sur deux ans, à des chercheurs ayant une expertise reconnue en modélisation des maladies ou dans des disciplines complémentaires. Ces chercheurs mèneraient diverses activités liées à la prévision des épidémies et des éclosions, à l’évaluation de leurs répercussions socioéconomiques et à la prestation d’une aide à la prise de décisions sanitaires concernant les maladies infectieuses émergentes. Le ou les réseaux devront considérer les principes d'équité, de  diversité et de l'inclusion dans leur conception de recherche, la composition des équipes et la formation de personnel hautement qualifié.

Résultats escomptés

L’initiative de MMIE soutiendra la prise de décisions en santé publique au Canada :

  • en renforçant la capacité de modélisation des MIE au pays pour les épidémies et les pandémies actuelles et futures à l’appui des mesures de santé publique grâce à des collaborations interdisciplinaires et intersectorielles plus étroites ;
  • en appuyant la prise de décisions stratégiques rigoureuses, fondées sur la science, en ce qui concerne la COVID-19.

Les projets subventionnés :

  • contribueront à améliorer et à intensifier la recherche et la création de connaissances en matière de modélisation des maladies infectieuses;
  • aideront le gouvernement du Canada avec ses activités de modélisation à l’appui des futures interventions de santé publique concernant la COVID-19;
  • tout en cadrant avec l’approche du gouvernement du Canada, aideront celui-ci à établir des mécanismes pour la mise en commun des méthodes propres à améliorer et à enrichir les répertoires d’ensembles de données en libre accès sur les maladies infectieuses (comme la COVID-19) existant déjà dans des répertoires des gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux; d’hôpitaux et d’organismes de soins de santé ainsi que (s’il y a lieu) d’organismes de santé animale et environnementale;
  • offriront des possibilités de formation de personnel hautement qualifié (étudiants de 1er, 2e et 3e cycle, stagiaires postdoctoraux, associés de recherche et techniciens) et refléteront la nature interdisciplinaire de la modélisation mathématique des maladies infectieuses;
  • appuieront un système fiable de préparation et d’intervention pour les situations d’urgence en santé publique;
  • renforceront la capacité nationale d’intervention rapide relativement aux activités du Centre des opérations d’urgence.

En renforçant les compétences en modélisation des données sur les maladies infectieuses et en les exploitant mieux, le Canada sera davantage en mesure d’avoir recours à la modélisation pour prévoir les épidémies, les pandémies et les éclosions ; prévoir les résultats ; et orienter les mesures de santé publique à l’égard des nouvelles menaces associées aux maladies infectieuses et des scénarios de pandémie. 

Présentation d’une déclaration d’intérêt

Les demandes de financement au titre de l’initiative de Modélisation des maladies infectieuses émergentes (MMIE) seront évaluées selon un processus en deux étapes. Dans un premier temps, toutes les personnes intéressées sont invitées à présenter une déclaration d’intérêt au Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie (CRSNG) au plus tard le 26 octobre 2020. L'objectif de cette déclaration d'intérêt est de faciliter les connexions et de renforcer la collaboration entre les participants dans le cadre de l'élaboration d'une demande complète. La déclaration d’intérêt ne sera pas évaluée par le CRSNG. La déclaration d’intérêt ne sera pas évaluée par le CRSNG. Pour soumettre une déclaration d’intérêt, veuillez remplir le formulaire de déclaration d’intérêt de l’initiative Modélisation des maladies infectieuses et le soumettre au site sécurisé du CRSNG.

La déclaration d’intérêt doit contenir les renseignements suivants :

  • Le nom du candidat (prénom et nom), l’organisation à laquelle il est affilié et son adresse de courriel
  • Ses domaines de compétence
  • Une liste de mots clés (dix au maximum)
  • Une brève description (en trois ou quatre phrases) de la façon dont le candidat ou son organisation peut contribuer au développement des connaissances, à l’établissement d’un réseau et au renforcement des capacités en matière de modélisation des maladies infectieuses émergentes à l’appui des mesures de santé publique à l’échelle du Canada dans le contexte de pandémies comme celle de COVID-19
  • Le nom d’une ou deux personnes pouvant agir comme pairs évaluateurs
    • Compte tenu de la nature de cette possibilité de financement, le CRSNG demande aux candidats de proposer comme évaluateurs des personnes peu susceptibles de se joindre à ce type de réseau, ce qui devrait être souvent le cas des évaluateurs de l’étranger.
    • Le CRSNG recommande aux candidats de proposer le nom de personnes possédant les compétences requises qui proviennent d’horizons différents (c’est-à-dire des Canadiens et des étrangers, des chercheurs établis et des chercheurs en début de carrière, des membres de groupes sous-représentés, des personnes du milieu universitaire et des personnes d’autres milieux).
    • Les candidats doivent s’abstenir de communiquer au préalable avec les personnes proposées comme évaluateurs externes.
  • Un consentement à la communication des renseignements fournis dans la déclaration d’intérêt (nom, affiliation, adresse de courriel, domaines de compétence, mots clés et courte description) à tous les autres candidats qui auront présenté une déclaration d’intérêt (facultatif)

La liste des personnes intéressées (nom, affiliation, adresse de courriel, domaines de compétence, mots clés et description) sera communiquée via le portail sécurisé du CRSNG à tous les candidats à l’étape de la déclaration d’intérêt. Nous encourageons toutes les personnes intéressées à autoriser la communication de ces renseignements, qui sera essentielle pour faciliter l’établissement de liens et améliorer la collaboration entre elles afin de préparer une demande.

Afin de pouvoir présenter une demande à titre de candidat ou de cocandidat (pour en savoir plus, voir les critères d’admissibilité pour les membres du corps professoral définis par le CRSNG), il faut soumettre une déclaration d’intérêt. Toutefois, le CRSNG invite aussi les autres parties intéressées, notamment les représentants d’organisations intéressées pouvant participer à l’initiative à titre de collaborateurs, à présenter une déclaration d’intérêt. Il sera ainsi possible de déterminer dès le départ tous les participants éventuels, ce qui facilitera le processus d’évaluation par les pairs et l’établissement de liens entre les participants possédant des compétences spécialisées en modélisation des maladies infectieuses.

Veuillez noter qu’en raison de la nature interdisciplinaire de la modélisation des maladies infectieuses, une certaine proportion du financement global pourrait être affectée à des chercheurs de disciplines autres que les sciences naturelles et le génie. Tout chercheur admissible qui souhaite participer à cette initiative est donc invité à présenter une déclaration d’intérêt. Les personnes représentant des organisations d’autres disciplines peuvent aussi y participer à titre de collaborateurs et devraient également présenter une déclaration d’intérêt.

Demande

L’information se rapportant à la présentation de la demande et aux critères de sélection sera publiée sur le site Web du CRSNG au cours des prochaines semaines.

Échéancier préliminaire

Date

Activité

13 octobre 2020

Lancement de la possibilité de financement

26 octobre 2020

Date limite pour la présentation de la déclaration d’intérêt

29 octobre 2020

Communication de la liste des participants éventuels à toutes les parties ayant présenté une déclaration d’intérêt

2 novembre 2020

Lancement de la phase de la demande complète

18 décembre 2020

Date limite pour la présentation de la demande

Janvier 2021

Réunion du comité de sélection

Février 2021

Annonce des résultats

Mars 2021

Date prévue de début de la période de validité des subventions

Veuillez noter que ces dates sont susceptibles de changer.

Contacte

Si vous avez des questions concernant la déclaration d'intérêt pour cette initiative, veuillez contacter EIDM-MMIE@nserc-crsng.gc.ca. Veuillez noter que de plus amples informations concernant cette initiative seront disponibles lors du lancement de la phase de demande complète.

Bulletin Contact

Recevez par courriel des mises à jour sur les activités du CRSNG. Consultez tous les numéros.

  • Twitter
  • Facebook
  • LinkedIn
  • Youtube
  • Instagram